Des marchés en mutation

Des marchés en mutation

Positionnement de notre portefeuille

Portefeuilles

Positionnement de notre portefeuille 


Nous commençons l'année 2023 avec une combinaison d'expositions aux actions et aux titres obligataires. Ces positions reflètent nos prévisions concernant les marchés pour les 12 prochains mois. Nous sommes toutefois conscients du fait que le contexte d'investissement évolue et que les conditions peuvent rapidement changer. Nous sommes donc prêts à ajuster notre positionnement en cas de changements dans nos points de vue sur l'économie, les politiques monétaires et budgétaires. 

meeting
Déplacement du curseur en matière de risque 
Que faudrait-il pour que nous augmentions ou réduisions le risque de manière plus générale au sein des portefeuilles ? Toutes choses étant égales par ailleurs, voici ce que nous ferions : 
  • Augmentation du risque en cas de baisse plus rapide que prévu de l'inflation, des taux d'intérêt, des rendements obligataires, de fin de la guerre en Ukraine ou de réouverture rapide de la Chine. 
  • Diminution du risque en cas de resserrement excessif des politiques monétaires des banques centrales, de nouvelle flambée de l'inflation due à l'énergie et aux salaires, ou d’aggravation des tensions entre la Russie et l'Ukraine et/ou la Chine et Taïwan. 
Actions
Il n'est pas encore temps d'accroître l'exposition au risque
Notre exposition globale aux actions demeure légèrement sous-pondérée. Bien que les places boursières se soient redressées fin 2022, nous estimons qu'il n'est pas encore temps d'accroître l'exposition au risque au sein de nos portefeuilles.

Nos positions:
  • Maintien de notre sous-pondération marginale des actions, associée à une exposition plus marquée aux obligations, ce qui devrait atténuer les risques de baisse dans nos portefeuilles en cas de correction des marchés actions.
  • Maintien de notre préférence pour les actions américaines en tant que marché de qualité supérieure, et pour les actions émergentes en tant que marché présentant une valorisation attrayante et dont les attentes en matière de bénéfices ont été considérablement révisées.
  • Maintien de notre conviction selon laquelle les actions de la zone euro doivent encore s'ajuster de manière appropriée à la dégradation du contexte économique, que ce soit au niveau des bénéfices des entreprises ou des prix.
  • Ajustement de notre exposition aux actions à des fins de diversification, en délaissant les titres de croissance de qualité au profit de facteurs que nous jugeons incontournables, comme les actions à dividendes élevés et à faible volatilité.
  • Suivi des principaux facteurs catalyseurs afin de moduler le risque à la hausse ou à la baisse au sein des portefeuilles.
Il n'est pas encore temps d'accroître l'exposition au risque
Crédit
Obligations d'entreprise : ajout de titres de grande qualité, réduction des titres de moindre qualité
Notre exposition aux obligations d'entreprise est neutre après avoir été surpondérée jusqu'à présent.

Nos positions:
  • Augmentation de notre exposition aux obligations Investment Grade de la zone euro et du Royaume-Uni. Celles-ci offrent de la valeur maintenant que l'inflation, semble en passe de se résorber et que les banques centrales devraient cesser de relever leurs taux à partir du printemps.
  • Réduction de notre exposition aux obligations américaines Investment Grade et à haut rendement car nous pensons que ces marchés ne reflètent toujours pas les risques associés.
  • Maintien de notre exposition plus élevée à la dette des marchés émergents libellée en devises fortes dans la mesure où les rendements supplémentaires proposés sont attrayants par rapport à ceux des obligations d'État des marchés développés.
Obligations d'entreprise : ajout de titres de grande qualité, réduction des titres de moindre qualité
Obligations d'État
Obligations d'État
Nous avons augmenté notre exposition globale aux obligations d'État pour refléter notre point de vue sur l'économie mondiale, passant d'une sous-pondération à une surpondération. Nous anticipons de nouvelles baisses des rendements obligataires en 2023 à mesure que l'inflation continuera de ralentir et que les attentes des marchés évolueront vers les baisses de taux des banques centrales.

Nos positions:
  • Augmentation des bons du Trésor américain dans la mesure où les rendements ont atteint un sommet et où un nombre croissant de signes indiquent que l'inflation, bien que toujours élevée, commence à diminuer. 
  • Augmentation des obligations d'État de la zone euro et du Royaume-Uni car nous en détenions très peu jusqu'à présent. Nous souhaitons parvenir à une exposition plus « normale » dans l'espoir que l'inflation et les taux des banques centrales atteignent un pic avant de baisser dans ces régions également en raison de la récession.
Obligations d'État
Liquidités et or
Réduire les liquidités en dollars, conserver l'or comme source de diversification
Les sommets atteints par les taux laissent penser que le dollar pourrait moins profiter de la situation à l'avenir. En effet, la Réserve fédérale ne devance plus les autres banques centrales. L'émergence d'un environnement plus favorable à la prise de risques en cours d'année devrait également contribuer à affaiblir légèrement le dollar.

L'or pourrait bénéficier quelque peu du pic des taux réels (taux d'intérêt nominaux ajustés avec l'inflation), mais ce pic ne se profile pas encore à l'horizon. Lorsqu'il surviendra, il ne sera probablement pas très prononcé, du moins dans un premier temps.

Nos positions:
  • Réduction de l'exposition au dollar US car nous anticipons un léger fléchissement du billet vert cette année.
  • Maintien de notre allocation à l'or à titre de couverture stratégique.
Réduire les liquidités en dollars, conserver l'or comme source de diversification
Haut de page
Contact us